NOUS SUIVRE

S.E. Pierre Nkurunziza

Président de la République du Burundi

S.E. Alain Aimé NYAMITWE

 


Ministre des Relations Extérieurs et de la Coopération Internationale

S.E. BANIGWANINZIGO Jérémie

Ambassadeur du Burundi à Bruxelles

 

Contact

Ambassade du Burundi:
Square Marie-Louise 46
1000 Bruxelles

Tél.: +32 2 230 45 35   
        +32 2 230 45 48

Fax: +32 2 230 78 83
ambassade.burundi@gmail.com 

Site web: www.ambaburundi.be

Horaires d'ouverture:

-Services consulaires

Lundi, mercredi et vendredi
de 10 h à 12h

-Ambassade
Du lundi au vendredi
de 9 h à 17 h.

Burundaises, Burundais,
Amis du Burundi

1. Cinquante et quatre ans viennent de s’écouler (54) depuis que le Burundi a accédé à son Indépendance : c’était le 1er Juillet 1962. Nous remercions l’Eternel, car il a gardé le Burundi et son peuple durant toutes ces années. Qu’honneur et gloire lui soient rendus !

2. Nous remercions très vivement ceux qui se sont sacrifiés, en commençant par le Prince Louis RWAGASORE qui y a laissé sa vie ainsi que toute sa famille, pour arriver à cette victoire. Nous remercions aussi tous ceux qui ont joué un rôle quelconque à cette époque, ceux qui sont encore en vie et ceux qui nous ont quittés, les plus illustres et les moins connus. Que le Dieu Tout Puissant leur accorde une juste récompense, à la hauteur du noble travail accompli en faveur du Burundi et de son peuple.

3. Aujourd’hui donc, que tout citoyen Burundais, aussi bien celui qui vit au pays que celui qui se trouve à l’étranger, se distingue par l’amour de la patrie. Qu’il prenne pour modèles les héros nationaux : le Prince Louis RWAGASORE, héros de l’Indépendance, ainsi que Son Excellence Melchior NDADAYE, héros de la Démocratie.

4. L’héritage de patriotisme et de service pour la nation qu’ils nous ont légué vont servir de tremplin pour former un front imperturbable, en vue de combattre quiconque nourrirait un plan de nous le faire oublier. Nous sommes invités à diffuser cet héritage chez tous les citoyens, en commençant par la jeunesse, elle qui constitue le Burundi d’aujourd’hui et des temps à venir, afin qu’elle comprenne que le fait d’avoir un pays est un don extraordinaire de Dieu.

5. Nous souhaitons aux citoyens Burundais et à tous les étrangers établis sur le sol burundais, un joyeux anniversaire de l’Indépendance. Pendant que nous célébrons cette fête, prenons un engagement ferme de consolider l’indépendance qui nous a remis l’estime et la parole, le pouvoir et la liberté d’opérer nous-mêmes un choix libre et souverain dans la détermination de notre régime politique, et que nous soyons les seuls à en rendre compte.

6. Nous avons choisi que cette fête soit célébrée sous le signe du thème suivant : 
« MOBILISONS-NOUS, RENFORÇONS ET VEILLONS SUR NOTRE INDEPENDANCE EN L’ETAYANT PAR DE BONNES ŒUVRES
AINSI QU’UNE COHESION SOCIALE INDEFECTIBLE ».
Burundaises, Burundais,
Amis du Burundi

7. Depuis 1962, le 1er juillet de chaque année est consacrée à la commémoration de l’Indépendance. A cette occasion, nous nous remettons en mémoire l’histoire de notre pays durant la période monarchique, la période coloniale et la période post coloniale lorsque nous avions reconquis notre Indépendance.

8. Durant la période monarchique, avant l’arrivée du colonisateur, le Burundi était un pays très organisé. Les citoyens jouissaient de leur droit à la liberté d’expression : ils prenaient la parole et ils étaient écoutés ; lorsqu’ils posaient une question, ils recevaient la réponse, et lorsqu’ils avaient des difficultés, justice leur était rendue. Les Burundais étaient solidaires, et ils vivaient unis, défendant ensemble la paix et la sécurité. Surtout ils respectaient la vie humaine, car personne ne peut se la donner, et nous trouvons cela dans les interdits.

9. Parmi les faits qui ont marqué la période coloniale, on en trouve de positifs, mais également de négatifs. Certains comportements que l’on pourrait citer, que ce soit sous la colonisation belge, que ce soit sous la colonisation allemande, les colonisateurs ont tous retiré la parole aux dirigeants nationaux ainsi que l’exercice de leur pouvoir administratif ; ils ont pris des mesures et des décisions oppressives à l’endroit du peuple burundais, et qui les tournaient au ridicule. Les Burundais ont subi la chicotte ; ils ont été sommés de verser un tribut en œufs et en boles de beurre. Les colonisateurs ont pillé les ressources naturelles du pays, et ils ont commis tous ces crimes avec la bénédiction de certains nationaux qui mettaient en avant leurs propres intérêts.

10. Il n’a pas du tout été facile au Burundais de s’arracher à cet esclavage, car tout le monde ne voyait pas du même œil cette situation. D’un côté, de mèche avec le colonisateur et pour leurs intérêts, certains disaient qu’il n’était pas encore temps au pays d’obtenir l’indépendance ; de l’autre, le Prince Louis RWAGASORE, appuyé par des Burundais patriotes et courageux, réclamait une indépendance immédiate. Ils se sont alors tous levés pour défendre leur droit, et ils ont réussi à bouter loin d’eux le mépris et la domination.

11. Hélas ! De nos jours aussi, il y a encore des gens qui ne veulent pas que les Burundais organisent eux-mêmes les affaires de leur nation. Ils poursuivent leur sale besogne de ternir l’image de leur mère patrie, mais nous devons garder à l’esprit que nos ancêtres ont dit : 
« A qui détruit son enclos, on prête facilement la serpette ».

12. L’Indépendance alors, c’est ce droit inaliénable que les Burundais ont recouvré, lorsque le pays est sorti des sévisses du colonisateur qui le malmenait. 
Nous avons ainsi retrouvé notre place dans le concert des nations, et Dieu Tout Puissant nous montra sa

Lire la suite : DISCOURS DE S.E. PIERRE NKURUNZIZA, PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A L’OCCASION DE LA CELEBRATION DU...

Jeudi le 10 juin 2016 restera un jour mémorable pour l’Ambassadeur du Burundi auprès du Royaume de Belgique, le Grand-duché de Luxembourg et l’Union européenne.  C’est en ce jour qu’à Luxembourg, Son Excellence l’Ambassadeur Jérémie BANIGWANINZIGO a présenté ses Lettres de créance au Grand-duc de Luxembourg. En plus de son épouse, l’Ambassadeur Jérémie BANIGWANINZIGO était accompagné par deux diplomates de son équipe de Bruxelles.

L’Ambassadeur Jérémie BANIGWANINZIGO, le Grand-duc et Madame BANIGWANINZIGO

En marge de la cérémonie de présentation des Lettres de créance proprement dite, les deux personnalités ont échangé sur les relations bilatérales entre le Grand-duché de Luxembourg et le Burundi.

Le jour d’avant, S.E. l’Ambassadeur Jérémie BANIGWANINZIGO avait remis les copies figurées des Lettres de créance à la direction du Protocole et de la Chancellerie au   Ministère luxembourgeois des Affaires étrangères et européennes.

  

                                                                                                                                                                                   VN

 

INVITATION A LA COMMEMORATION A BRUXELLES LE 1er JUILLET 2016 DU
                54ÈME ANNIVERSAIRE
 DE L’INDEPENDANCE DU BURUNDI

 

L’Ambassade de la République du Burundi près le Royaume de Belgique, le Grand-Duché de Luxembourg et l’Union Européenne a l’insigne honneur d’inviter les Burundais et les amis du Burundi résidant en Belgique et au Grand-Duché de Luxembourg à la cérémonie de commémoration du 54ème anniversaire de l’indépendance.

 

                        Date : 1er juillet 2016 à partir de 17 heures 30
                        Lieu
 : Secrétariat du Groupe des Etats ACP
                                  Avenue Georges Henri 451
                                  1200 Bruxelles

 

                                 Accès :

Métros 1 et 5 : arrêt : Montgomery    

Trams 7 et 25 ; arrêt : Georges Henri

Bus : Lignes 27 et 28 ; Arrêt : Georges Henri

 

Compte tenu du nombre limité de places et pour des raisons d’ordre organisationnel, l’Ambassade de la République du Burundi vous saurait gré de lui faire parvenir votre confirmation de participation au plus tard le mardi 28 juin 2016 à minuit et d’être ponctuels le jour de la commémoration (Téléphone de contact à l’Ambassade : 022304535 courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.).

 

L’Ambassade de la République du Burundi auprès du Royaume de Belgique, le Grand-Duché de Luxembourg et l’Union Européenne profite de l’occasion pour vous renouveler l’assurance de sa considération très distinguée.

 

                                                                                                                   Fait à Bruxelles, le 7 juin 2016

 

 





COMMUNIQUE



                                  L’Ambassade de la République du Burundi  à Bruxelles  porte à la connaissance du public que, suite à la récente déclaration de l’Organisation Mondiale de la Santé(OMS) faisant état d’une présence de l’épidémie de la fièvre jaune dans la région où se situe le Burundi , précisément dans les pays de l’Afrique Centrale et de l’Est en particulier l’Angola , la RDC et l’Ouganda ; toute personne sollicitant un visa d’entrée au Burundi  doit présenter sa carte de vaccination contre la fièvre jaune à jour comme document essentiel dans le dossier de demande d’un visa d’entrée sur le territoire burundais.

                                   Les jours de dépôt des dossiers de demande et de retrait restent inchangés.

Fait à Bruxelles, le 01/06/2016

 

Jérémie  BANIGWANINZIGO

 

                                                                       AMBASSADEUR

 

REPUBLIQUE DU BURUNDI

                                    Secrétariat Général du Gouvernement.

 

 

MESSAGE DE CONDOLEANCE A L’OCCASION

DU DECES du SENATEUR ET ANCIEN PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE  JEAN BAPTISTE BAGAZA

 

C’est avec une grande et vive émotion que le Gouvernement du Burundi a appris le décès de Son Excellence Jean Baptiste BAGAZA, Ancien Président de la République, et jusqu’alors Sénateur, décès survenu à l’Hôpital Sainte Elisabeth de Bruxelles le matin de ce mercredi 04 mai 2016.

 

Par sa disparition, le Burundi vient de perdre une grande figure dans la vie nationale, un travailleur infatigable qui, durant sa présidence de 1976 à 1987, a développé des infrastructures économiques et sociales dont le peuple burundais se rappellera toujours.

 

En cette douloureuse circonstance, le Gouvernement du Burundi présente ses sincères condoléance à la famille de l’illustre Disparu, au Sénat du Burundi et à son Parti Politique le PARENA.

A cet effet le Gouvernement de la République du Burundi décrète  un deuil national de trois jours pendant lesquels les couleurs nationales seront mises en berne.

 

Que l’âme du disparu repose en paix auprès de l’Eternel.

 

 

Fait à Bujumbura, le 04 mai 2016

 

Le Secrétaire Général du Gouvernement  et Porte Parole du Gouvernement

 

                                                                                  Philippe NZOBONARIBA

 

 

Gestion & développement du site internet application par ABNC