NOUS SUIVRE

COMMUNIQUE DE PRESSE : VISITE DE TRAVAIL DE S.E MONSIEUR LE DEUXIEME VICE-PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI

 

Bruxelles, du 08 au 10 juillet 2013

 

En dates du 08 et 09 juillet 2013, Son Excellence Monsieur RUFYIKIRI Gervais, Deuxième Vice-Président de la République du Burundi, accompagné de Son Excellence Monsieur KAVAKURE Laurent, Ministre des Relations Extérieures et de la Coopération Internationale, a effectué une visite de travail à Bruxelles en Belgique, auprès des institutions fédérales belges et de l’Union Européenne.

 

Un programme assez chargé et très riche

 

Pendant une journée et demie, six (6) audiences :

 

(1) audience avec M. l’Ambassadeur David O’ SULLIVAN, Chief Operating Officer, du Service Européen pour l’Action Extérieure, et Monsieur l’Ambassadeur Koen Vervaeke, Directeur Corne de l’Afrique, Afrique Orientale et Australe, Océan indien, Coordinateur principal pour la région des Grands Lacs et son équipe au Service européen pour l’action extérieure ;

 

(2) audience avec M. Pierre AMLHAT, Directeur Coopération et Développement Afrique de l’Ouest et Centrale à la Commission Européenne ;

 

(3) déjeuner de travail avec S.E Didier REYNDERS, Vice-Premier Ministre et Ministre belge des Affaires Etrangères ;

 

(4) audience avec Madame Sabine de BETHUNE, Présidente du Sénat ;

 

(5) audience avec Monsieur Louis Michel, Député européen ;

 

(6) audience avec la Commission parlementaire au Développement (Parlement européen)

 

A tous ses interlocuteurs, la communication de Son Excellence le Deuxième Vice-Président de la République du Burundi a porté sur (1) l’état de mise en œuvre du CSLPII, (2) la tenue des Conférences sectorielles post-Genève prévues en juillet et en octobre 2013, dans la droite ligne de mise en œuvre des recommandations de Genève, et (3) informations détaillées sur la situation socio-économique et politique au Burundi. Suivaient alors les échanges-débats dans un climat détendu.

 

Son Excellence le Deuxième Vice-Président, après avoir adressé ses remerciements aux interlocuteurs pour le rôle joué dans le processus de paix au Burundi, a souligné que sa visite de travail s’inscrivait dans le suivi de la conférence de Genève (29 et 30 octobre 2012). Celle –ci avait en effet émis des recommandations et suggéré d’en faire le suivi, entre autres la tenue de conférences sectorielles. Le Burundi organise alors ces conférences sectorielles les 15 et 16 juillet, et les 29 et 30 octobre 2013, à Bujumbura.

 

Son Excellence le Deuxième Vice-président de la République a expliqué en long et en large la politique de développement intégré du Burundi, synthétisée dans le Cadre Stratégique de Croissance et de Lutte contre la Pauvreté 2ème génération (CSLPII), qui identifie les défis et définit les stratégies pour le développement durable. Il a expliqué et largement commenté les 4 principaux axes du CSLP II qui sont (Axe 1) leRenforcement de l’Etat de Droit, Consolidation de la Bonne Gouvernance et Promotion de l’Egalité du Genre, (Axe 2) la Transformation de l’Economie Burundaise pour une Croissance Soutenue et Créatrice d’Emplois, (Axe 3) l’Amélioration de l’Accessibilité et de la Qualité des Services de Base et Renforcement de la Solidarité Nationale, et (Axe 4) laGestion de l’Espace et de l’Environnement pour un Développement Durable.

 

Son Excellence le Deuxième Vice-Président de la République a présenté en détail la situation socio-économique et politique actuelle au Burundi. Il a montré, avec exemples et chiffres à l’appui, les avancées dans le domaine de paix et sécurité, les acquis dans le renforcement du dialogue politique (gage de la réussite des élections prévues en 2015), les acquis dans le renforcement de la Bonne gouvernance, Droits de la personne humaine et prise en compte des questions liées au genre, les acquis en matière de l’accès aux services sociaux de base, les efforts dans le domaine économique (avec un PNB qui, quoique toujours bas, s’est multiplié par 3 de 2005 à 2013, passant de 100 USD par hab. à 300 USD par Hab.).

 

Il a expliqué les réformes administratives et législatives en cours au Burundi, leur impact sur la croissance économique et le bien-être de la population, et plus d’ouverture aux investissements étrangers.

 

Il a à chaque fois identifié les défis auxquels le peuple et le Gouvernement burundais font face, plaidé pour la revue à la hausse des appuis de la part des partenaires, pour permettre l’accélération de la croissance.

 

La communication de Son Excellence le Deuxième Vice-Président de la République était suivie d’un échange interactif. Partout dans ses audiences, les interlocuteurs, visiblement bien avisés et animés d’un intérêt manifeste envers le Burundi, ont salué l’initiative du Gouvernement du Burundi d’asseoir cette communication, et ont apporté leurs contributions tant en termes d’observations émises à l’endroit de certaines décisions du Gouvernement qu’en termes de promesses de soutien. Des questions n’ont pas manqué de surgir, avec des débats assez ouverts et francs.

 

Apports de la visite de travail du Deuxième Vice-Président de la République

 

Outre la compréhension accrue de la situation au Burundi par les interlocuteurs, la visite a permis de mettre en exergue les points suivants :

 

Une reconnaissance et confiance affirmées envers le:

  • tous les interlocuteurs ont tenu à souligner les avancées du Burundi en matière de paix et de sécurité, de réconciliation nationale et de démocratie ;
  • ils ont unanimement souligné la qualité de l’accueil dont font preuve les Burundais, et ont félicité le Burundi pour ses apports dans le retour de la paix en Somalie ;
  • la voie de dialogue inclusif et franc dans la résolution des conflits, telle que mise en avant par les Burundais est fortement appréciée, et elle est proposée comme modèle à suivre dans la résolution des conflits dans les autres pays africains ;

 

Des conseils et:

  • établir plus de transparence dans le système fiscal et macroéconomique en vue d’un redressement économique ;
  • favoriser la mise en place des conditions réglementaires et légales de nature à assurer que les élections de 2015 soient transparentes, paisibles et démocratiques ;
  • poursuivre les efforts visant à assurer les droits et libertés démocratiques, d’expression et d’association ;
  • maintenir la communication avec la Communauté Internationale pour plus de compréhension mutuelle ;
  • assurer un débat sur la démographie au Burundi en vue de maîtriser la croissance démographique ;
  • mettre en place des politiques fiables de gestion foncière.

 

Un engagement renouvelé :

 

a/ Union Européenne :

 

  • promesse de revoir à la hausse l’enveloppe destinée au Burundi dans le cadre du 11ème FED pour la période de 2014 à 2020 (le montant de l’enveloppe octroyée au Burundi dans le cadre du 10ème FED pourra être multiplié par deux) ;
  • toujours dans le cadre du 11ème FED, quatre priorités (au lieu de 3 lors du 10ème FED) sont retenues : l’énergie ; la consolidation de l’Etat de droit et la Bonne Gouvernance, incluant les finances publiques et la Justice ; la santé ; le développement durable du monde rural et la sécurité alimentaire ;
  • poursuivre les engagements pris à Genève ;
  • identification des montants pour contribuer dans la restauration du marché de Bujumbura, et si possible des marchés périphériques ;
  • soutenir la promotion du secteur privé ;
  • améliorer la visibilité de la coopération européenne au Burundi, notamment par des actions tendant à rendre plus visible les actions de la Délégation de l’Union Européenne au Burundi

 

b/ Gouvernement fédéral belge :

 

  • poursuivre les engagements pris à Genève ;
  • prendre, ensemble avec la Partie burundaise, des mesures visant à améliorer le taux de réalisation du Programme Indicatif de Coopération ;
  • poursuivre la collaboration dans le maintien de la paix et la sécurité.

 

La visite de travail de Son Excellence le Deuxième Vice-Président de la République du Burundi a été fort appréciée par les différents interlocuteurs, et les responsables des différentes institutions rencontrés ont été invités à se rendre au Burundi pour se rendre compte des réalités de terrain, invitation qui a été acceptée avec enthousiasme.

 

Bruxelles, le 12 juillet 2013.

 

Ambassadeur NDAYISENGA Félix

Gestion & développement du site internet application par ABNC