NOUS SUIVRE

S.E. Pierre Nkurunziza

Président de la République du Burundi

S.E. Alain Aimé NYAMITWE

 


Ministre des Relations Extérieurs et de la Coopération Internationale

S.E. BANIGWANINZIGO Jérémie

Ambassadeur du Burundi à Bruxelles

 

Contact

Ambassade du Burundi:
Square Marie-Louise 46
1000 Bruxelles

Tél.: +32 2 230 45 35   
        +32 2 230 45 48

Fax: +32 2 230 78 83
ambassade.burundi@gmail.com 

Site web: www.ambaburundi.be

Horaires d'ouverture:

-Services consulaires

Lundi, mercredi et vendredi
de 10 h à 12h

-Ambassade
Du lundi au vendredi
de 9 h à 17 h.

En union avec leurs compatriotes restés au pays, les Burundais de Belgique et du Grand-duché de Luxembourg, entourés des amis du Burundi, ont commémoré le 6 avril 2017 à Bruxelles, le 23ème anniversaire de l’assassinat à Kigali du Président Cyprien NTARYAMIRA, de ses deux Ministres Mr Bernard CIZA, Mr Cyriaque SIMBIZI, l’ancien Président rwandais S.E. Monsieur Juvénal HAVYARIMANA, d’autres hauts fonctionnaires rwandais ainsi que l’équipage français de l’avion .

Une messe du souvenir axée sur le changement/rapprochement  des cœurs des dirigeants et du Peuple vers Dieu.

Cent-vingt personnes environ ont assisté à la messe commémorative chantée.

             Vue de l’autel pendant la messe commémorative

 

 Le célébrant de la messe, Monsieur l’Abbé Daniel NAHIMANA a choisi des lectures très pertinentes : Deutéronome (8, 7-10.14) et l’Evangile selon saint Matthieu (10, 28-33).

L’héritage du Président Cyprien NTARYAMIRA : « la discipline », rappelé

C’est à l’Ambassade du Burundi à Bruxelles que s’est poursuivie

Lire la suite : LE 23ÈME ANNIVERSAIRE DE L’ASSASSINAT A KIGALI DU PRESIDENT CYPRIEN NTARYAMIRA EST COMMEMORE A...

L’Ambassade de la République du Burundi auprès du Royaume de Belgique, le Grand-duché de Luxembourg et l’Union européenne a l’honneur de porter à la connaissance du public que les bureaux de l’Ambassade seront fermés le jeudi 06 avril 2017,  à l’occasion de la  Commémoration du 23ème anniversaire de l’assassinat à Kigali de S.E. Monsieur le Président Cyprien NTARYAMIRA.

Les bureaux de l’Ambassade seront de nouveau ouverts le vendredi 07 avril 2017 à partir de 9h00.

 

 

                                                          Fait à Bruxelles, le 31 mars 2017

 

AVIS DE CARTE NATIONALE D’IDENTITE  PERDUE  RETROUVEE

 

L’Ambassade du Burundi à Bruxelles a le plaisir d’annoncer au public burundais qu’elle vient de réceptionner de la TEC Brabant Wallon, une carte nationale d’identité d’un ressortissant burundais trouvée dans un de ses véhicules et ramenée auprès de ses guichets de Wavre.

Le propriétaire de la CNI est :

          Monsieur  Alexandre Jules Paul BARADANDIKANYA, né à
          Rohero, Bujumbura en 1981.

 

L’Ambassade du Burundi saurait gré à quiconque le connaît de l’en informer afin qu’il vienne récupérer sa CNI, muni d’une pièce d’identité avec photo et d’une déclaration de perte.

 

                                                                             Fait à Bruxelles, le 21 mars 2017

 

 

                                                                             L’Ambassade du Burundi à Bruxelles

 

L’Ambassade de la République du Burundi auprès du Royaume de Belgique, le Grand-Duché de Luxembourg et l’Union Européenne a l’insigne honneur d’inviter les Burundais et les amis du Burundi à la cérémonie de commémoration du 23ème anniversaire de la mort de Son Excellence Mr le Président Cyprien NTARYAMIRA.

Date : 6 avril 2017 à 18 heures
Lieu
 : Messe à l’Église Saint-Josse
          Chaussée de Louvain 99
          1210 Saint-Josse-ten-Noode

                                 Accès :

               Train : Gare Schuman

               Metro : Madou, Malbeek

               Bus : Lignes 29,63, 59 ; Arrêt: Place Saint Josse

L’Ambassade de la République du Burundi auprès du Royaume de Belgique, le Grand-Duché de Luxembourg et l’Union Européenne profite de l’occasion pour vous renouveler l’assurance de sa considération très distinguée.

 

 

                                          Fait à Bruxelles, le 07 mars 2017

REPUBLIQUE DU BURUNDI

 

 

SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT

 

COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

 

1.     La Fédération Internationale des Droits de l’Homme (FIDH) en collaboration avec la Ligue Burundaise des Droit de l’Homme ITEKA sous la plume de son Président actuellement en exil au Rwanda, viennent de sortir un rapport insultant pour le Burundi qu’ils ont intitulé «Burundi, Répression aux dynamiques génocidaires ».

 

2.     Le titre lui-même est révélateur de l’état d’esprit de ces organisations qui se disent de Défense des Droits Humains mais qui, en réalité ne se sont jamais distancées des autres organisations politiques qui se sont données pour mission de déstabiliser et détruire  le Burundi. Ce rapport est donc une tentative supplémentaire de déstabilisation contre les Institutions démocratiquement élues de la République du Burundi en voulant faire endosser un génocide imaginaire au peuple burundais et à ses dirigeants, une véritable insulte pour le peuple burundais qui s’est librement doté de ces institutions.

 

3.     De manière générale, ce rapport n’est qu’une compilation d’autres rapports biaisés déjà produits sur le Burundi et que le Gouvernement a dénoncés à maintes reprises, car fondés sur des allégations inventées. 

Durant le travail de recherche effectué sur le Burundi, le rapport reconnaît qu’une mission a été déployée du 14 au 24 mars 2016 au Burundi et en Ouganda. Il y a lieu de se demander si dix jours peuvent suffire pour prétendre avoir enquêté sur 24 mois. Il devient dès lors fondé de croire que ce rapport ne fait que s’approprier d’autres rapports publiés avant lui et comme ces derniers ne s’appuie que sur des témoignages anonymes.

 

4.      Le rapport a un seul objectif : celui de DIVISER sur des bases ethniques, le peuple burundais et ses Institutions de sécurité composées sur base de la Constitution et des autres accords conclus entre Burundais, notamment l’Accord d’Arusha et les Accords de Cessez-le-feu, en présentant l’ethnie Tutsi comme une espèce en danger de disparition au Burundi. Ce rapport brandit le spectre de génocide pour distraire l’opinion internationale dans le but de cacher les véritables intentions de ses commanditaires qui ne sont   autre que la réussite du renversement des institutions et la mise en place d’un pouvoir fantoche au service d’intérêts autres que ceux du peuple burundais.

 

5.     Le rapport en soit contient beaucoup de montages et de contradictions. Il est en effet étonnant, que la FIDH qui affirme avoir fait un travail de recherche au Burundi pendant 24 mois  ne mentionne nulle part les attaques armées contre le Burundi à Cibitoke du 31 décembre 2014 au 02 janvier 2015 et celle de Kayanza du 10-11 juillet 2015, et non plus les nombreuses atrocités commises par les insurgés lors des manifestations violentes, y compris les forfaits revendiqués publiquement à travers les médias internationaux par leurs auteurs notamment le cas d’un des chefs putschistes le général Léonard NGENDAKUMANA qui a assumé les attentats à la grenade sur les places publiques dont le marché aux légumes où plusieurs

Lire la suite : Communiqué du Gouvernement du 24 novembre 2016

Gestion & développement du site internet application par ABNC